Sujet initial: L'Europe et l'Esperanto
Réponse publiée le 12 avril 2019 à 15h57
Pour l'Esperanto: quelques arguments
 

La généralisation de l’esperanto semble utopique, écrivez vous. Peut-être… ! Il est vrai que vous vous rangez apparemment dans le camp des réalistes en affirmant à peu près que la pratique de l’anglais comme langue internationale est une solution plutôt satisfaisante. On constate en effet que les positions réalistes produisent, notamment depuis une quarantaine d’années (groupe de Chicago, Thatcher, Reagan…), des résultats de qualité, particulièrement le triomphe du capitalisme ultralibéral, qui, comme chacun sait, ne cesse d’enrichir les pauvres, d’appauvrir les riches, permet aux plus modestes de se cultiver grâce aux actions philanthropiques des puissants, favorise le développement d’une culture planétaire par l’utilisation d’une langue commune (l’anglo-américain, que tout le monde pratique, en France et ailleurs) ouvrant bien sûr sur une variété infinie de films, de musiques/chansons, d’œuvres littéraires, picturales, de théories économiques dont la seule motivation est évidemment l’instauration du bonheur partout sur notre belle planète bleue, là où les insectes, oiseaux, gorilles….se reproduisent à vitesse grand V dans une perspective climatique particulièrement favorable et maîtrisée par l’humaine activité, là où chaque être vivant trouve sans difficulté tout ce dont il a besoin, là où l’argent est considéré comme une valeur totalement obsolète…

 

Vous pensez que les espérantistes préconisent l’abandon des langues maternelles ! Si mon texte peut faire penser cela, il est plus que temps que je revoie mes techniques d’écriture dans la langue de Molière, car cette interprétation est tout à fait erronée : l’esperanto n’a pas vocation à remplacer quelque langue maternelle que ce soit ; ce ne serait qu’un véhicule de communication pratique entre des gens de langue maternelle différente.

 

Apprendre une langue est difficile ! C’est incontestable… mais moins vrai dans le cas de l’esperanto, notablement plus simple que n’importe quelle autre langue (dite « naturelle », car résultat d’une longue évolution : « le français vient du latin ») ; si l’esperanto est plus simple que les autres langues, c’est parce qu’il s’agit d’une langue « artificielle », créée (dans la seconde moitié du 19ème siècle), et qui pour cette raison évite bien des difficultés : il n’y a pas d’exceptions ; le vocabulaire est réduit grâce à l’emploi de préfixes et de suffixes (ex : « granda »=grand, « malgranda »=petit ; rapido=rapidité, mi rapidas=je me dépêche…)… Au demeurant, l’esperanto n’interdit nullement d’étudier d’autres langues, l’expérience prouve même que les espérantophones sont fort bien armés dans ce domaine.

 

Essayons de rêver… ne serait-ce qu’un peu !

 

Cordialement !

 

Gérard Lecarpentier

Ne manquer aucune publication de Lecarpentier Gérard en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires