Jean-Luc Lagleize
Profil certifié

Président du Modem 31, Président de Commission à Toulouse Métropole, Adjoint au Maire de Toulouse et candidat de la République en marche dans la 2ème circonscription.

 — Toulouse (Haute-Garonne)
Réponse publiée le 8 juin 2017 à 10h51
2 minutes
Aucun commentaire
Plusieurs initiatives à mener
 

Ludivine veut nous parler d’aménagement de territoires et d’équilibre des territoires. Effectivement, l’agglomération toulousaine accueille chaque année 10.000 nouveaux habitants, et que ces habitants, il faut les loger quelque part. Le fait de loger autant d’habitants, ça augmente la pression foncière. De plus en plus de personnes finissent par aller habiter loin de Toulouse, et ça finit par devenir et par générer un déséquilibre du territoire, et ça finit par grignoter un certain nombre de territoires qui avaient vocation à être agricoles ou maraîchers.

 

Je me bats pour un cas aux Izards, où c’est un territoire maraîchers, et je souhaite qu’il le reste. Tant que je m’occuperais de ce quartier, il le restera. D’autres endroits au nord-est de Toulouse aussi, extrêmement agricoles, sur lesquels il va être définis des zones prioritaires agricoles pour être protégées de l’urbanisation, surtout de la pression foncière, parce que ce sont des territoires qui se construisent. Il y a donc un certain nombre d’éléments à mettre en œuvre et il y a également une révolution intellectuelle à faire dans les entreprises. Notamment permettre de plus en plus le télétravail, pourquoi systématiquement, quand on habite à 30 km de Toulouse, prendre sa voiture pour aller prendre l’autoroute, pour venir sur le périphérique et éventuellement se garer en haut terminus ligne A ou ligne B ? Il y a un certain nombre de zones plus proches, de zones agricoles sur lesquelles on peut développer des espaces de co-working, qui permettraient à des salariés qui habitent un plus loin, de collaborer avec des entreprises.

 

En termes de connexion des territoires et en termes de transport : aujourd’hui, les transports sont extrêmement segmentés. Tisséo s’occupe de son domaine ; le département s’occupe du sien ; la région également. Dans ma circonscription, la deuxième, tous les gens qui sont au nord, du côté de Bessières, de Buzet-sur-Tarn et autres, qui veulent venir à Toulouse, ou même des gens qui sont au-delà, ils prennent leur voiture, arrivent à Toulouse et payent le péage à l’Union, ils viennent encombrer les périphériques toulousains, ils viennent polluer réellement. Si on étudiait la mise en place ou l'agrandissement des aires de covoiturage qui sont à chacune des aires d’autoroutes de l’A68, si l’on étudiait un transport commun qui ferait la navette jusqu’au terminus de la ligne A, Balma, cadencées toutes les 15 minutes aux heures de pointe, toutes les heures en dehors de ce temps...

 

Aujourd’hui ça ne dépend ni du département, ni de la région, ni de la métropole, parce que c’est à cheval entre pleins de choses. C’est l’objet du député de s’occuper de cet aménagement du territoire et je m’engage à faire parler cette question. J’ai parlé de cette solution avec les maires de la région qui trouvent plutôt l’idée intéressante.

Ne manquer aucune publication de Jean-Luc Lagleize en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires