Joseph Camilleri
retraité, résident à Marseille.  — Marseille (Bouches-du-Rhône)
Réponse publiée le 9 septembre 2019 à 07h51
Pays libérés de "leurs bourreaux", mais préférant ceux-ci à leurs libérateurs !
 

 @ Jehan Augustin, Cette conférence de Bandung (1955) qui fit date pour l'entrée de pays colonisés, peu de temps après la seconde guerre mondiale.  Asiatiques et africains qui avaient acquis leur indépendance, décidèrent de tout faire pour aider les autres colonies à acquérir la leur. Ce fut un tournant de l'histoire, la fin de l'ère coloniale et le réveil des peuples colonisés. Aujourd'hui ces pays libres revendiquent plus que jamais leurs identités nationales, auquel s'ajoute le Ceylan (devenu Sri Lanka, en 1972). Cette conférence historique pose  les questions : Quelle fut la distribution, le partage, la répartition. Car il faut se rendre sur place, pour voir comment vivent ces peuples ; dans ces pays différents aux quatre coins de la planète. Hors mis le prestige présent dans chaque capitale, aux couleurs locales du pays ;  au jour le jour comment vivent ces gens ! Je suis allé au fin fond du Sri Lanka, il y a 15 ans environ, ils ne mangent pas tous les jours, au fin fond de l'Egypte : idem, et pas grand chose pourra changer. Au Mexique c'est peut-être différend il y a la frontière des E.U au nord, qui peut donner des espoirs. Mais chez nous, si vous allez dans certaines campagnes à la rencontre de gens isolés, vous verrez que des centaines de français ne mangent pas tous les jours.

Ne manquer aucune publication de Joseph Camilleri en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires