Axelle Lemaire
Profil certifié

L'innovation au ❤️ / innovation at heart / innovation as (political) art

 — Europe du Nord
Réponse publiée le 15 mai 2017 à 14h16
Construire l’avenir dans une majorité ouverte
 

Le 8e Président de la Ve République, Emmanuel Macron, est entré dans ses nouvelles fonctions et nommera bientôt son gouvernement. Marine Le Pen a été sèchement battue. Votre mobilisation, celle des Français qui vivent à l’étranger, a été remarquable et notre pays vous est redevable d’avoir dit non à l’intolérance et à l’obscurantisme, oui à l’Europe et à l’avenir.

 

En tant que députée de la 3e circonscription des Français de l’étranger, je souhaite au Président de réussir et de parvenir à rassembler notre pays avec courage et bienveillance. La tâche sera rude.

 

Construire le dialogue au sein d'une majorité plurielle

 

Élue pour la première fois en 2012, je me présente à vos suffrages pour un second et dernier mandat. Avec votre confiance, je chercherai à construire, comme je l’ai toujours fait : en rejetant le sectarisme et en cultivant le dialogue au sein d’une majorité que j’espère plurielle. Les transformations du monde sont si rapides et si profondes que nous n’avons pas le temps d’attendre. D’ailleurs, je ne comprends pas les postures d’opposition, car c’est pour agir que j’ai choisi l’engagement politique. De ce point de vue, les démocraties scandinaves ont beaucoup à nous apprendre.

 

Emmanuel Macron et moi partageons le même diagnostic : la politique souffre de son absence d’ouverture, de renouvellement, d’engagement citoyen. J’apprécie le souffle que le Président veut donner au projet européen, le pari fait de l’innovation, la confiance en la jeunesse, l'ambition internationale.

 

A l’Assemblée nationale, je veux être ce que j’ai été jusqu’à présent : une députée libre, exigeante, responsable, une sociale-démocrate qui prône le réformisme économique à la condition que celui-ci s’accompagne de progrès social partagé. Ces valeurs n’ont pas disparu, elles sont mon ADN : j’ai voulu faire de la politique une forme de révolte positive contre les injustices. Alors non, je ne suis pas allée quêter opportunément une étiquette qui assurerait ma réélection. Ce n’est ni ma façon d’être ni ma conception de la démocratie. Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient.

 

La culture politique du dialogue

 

La colère gronde en France, la désespérance sociale est réelle. Notre pays est divisé, notre responsabilité politique sera immense pour réparer et offrir un nouvel espoir à ceux qui n’en ont pas. L’Assemblée nationale devra composer avec des oppositions farouches, et nous aurons besoin, dans ce contexte si tendu, d’un espace de respiration démocratique qui soit source d'apaisement. J’ai moi-même mis en œuvre cette démarche : la loi pour une République numérique que j’ai défendue au parlement après une consultation directe avec les internautes a été adoptée à l’unanimité dans les deux assemblées, en recevant le soutien des communistes à l’Assemblée et des Républicains au Sénat. Ce n’est pas par hasard : cette loi n’est pas le résultat d’un consensus mou. Elle change la vie des gens, au plan économique, social et sociétal. Mais sa force réside dans son fort niveau d’adhésion politique et d’acceptabilité sociale.

 

Cette méthode nordique est celle que j’adopterai à l’Assemblée nationale, non pas en vue de donner un blanc-seing au nouveau gouvernement, mais pour enrichir l’offre politique d’Emmanuel Macron, en particulier sur les enjeux cruciaux d'urgence écologique, de lutte contre les inégalités sociales et de renouveau démocratique.

 

Lanceuse d’alerte

 

Je sais rester vigilante. J’étais présente lorsqu’il a fallu « lancer l’alerte » pour défendre les libertés sur des sujets comme la déchéance de nationalité pour les binationaux, la protection des informations personnelles par le chiffrement, la création d’un fichier centralisé des données biométriques. J’ai aussi fait entrer dans le champ des politiques publiques des sujets neufs : les startups comme acteurs de changement, l’accessibilité numérique pour les personnes en situation de handicap, l’ouverture des données publiques (open data), la plateforme France Mobile pour couvrir en téléphonie mobile les zones rurales délaissées, j’ai tenté de placer l’inclusion numérique au cœur du vieux Ministère des PTT... J’ai (un peu) renversé la table à Bruxelles pour imposer la neutralité du net, la régulation des plateformes, la suppression des frais d’itinérance mobile en Europe…

1

Je vous propose de mettre mes compétences politiques et juridiques, mon dévouement, mon esprit d’analyse, l'envie d'avancer, à votre service et à celui de notre pays. En restant ce que je suis : une femme libre.

Ne manquer aucune publication de Axelle Lemaire en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires