Gilets Jaunes, Colère Noire?

Gilets Jaunes, Colères Noires

Exprimez votre avis sur ce mouvement ou voir les opinions déjà exprimées!

Je m'exprime!
Félix BOUTET
Retraité. Habitant en région Havraise  — Octeville-sur-Mer (Seine-Maritime)
Réponse publiée le 2 septembre 2019 à 18h19
Aucune justification de l'acharnement anti Macron...
 

Je ne peux qu’approuver les remarques de Bruno Gallain publiées le 18 mai, elles relèvent du bon sens. Récemment en consultant mon cardiologue et en discutant à bâtons rompus sur les événements en France ce dernier me dit : « il faudrait une guerre ». Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre une telle déclaration dans la bouche d’un médecin. Au fil de la discussion, j’ai compris le sens de sa remarque : originaire du Liban, il avait vécu des événements dramatiques, et les revendications en France lui paraissaient bien dérisoires ; tout est une question de relativité bien sûr.

 

Il est vrai qu’il serait bon de prendre du recul pour mieux appréhender les challenges qui nous guettent. A ce titre je publie ci-après un extrait de l’éditorial de Natacha Polony, Directrice de la rédaction de Marianne, un journal sans concession vis-à-vis du pouvoir. Ce texte a été publié le 22 août, suite à la réunion du G7 à Biarritz.

 

« Le monde est entré en surchauffe… tous les indicateurs économiques laissent pressentir l'imminence d'une crise. La guerre commerciale qui se joue entre la Chine et les Etats-Unis pourrait laisser les Européens exsangues. Face à une situation aussi explosive, se demander si le président français devait ou non recevoir le méchant Vladimir Poutine a quelque chose de lunaire… On peut reconnaître à Emmanuel Macron une forme de lucidité face à cet état des lieux. Au moins ne se drape-t-il pas dans cette fausse vertu de François Hollande, Laurent Fabius ou Alain Juppé, dont l'unique objet était de masquer un atlantisme pavlovien, et l'unique conséquence d'effacer la France de la scène internationale comme de la ruiner en coupant ses entreprises et son agriculture des marchés iranien ou russe. Le dialogue noué avec Vladimir Poutine à Brégançon a eu le mérite d'envoyer d'emblée un message aux Américains. Mieux, la France, en jouant les cavaliers seuls sur sa taxe Gafa, ose pour la première fois imposer un de ces rapports de force qui seuls peuvent sauver l'Union européenne de l'apathie et de l'insignifiance. C'est tout le paradoxe : l'unilatéralisme, en ce cas précis, parce qu'il déjoue l'impérialisme américain, est le dernier espoir d'un multilatéralisme qui n'a su pour l'heure qu'inféoder l'Europe aux Etats-Unis. »

 

Ce texte est à méditer.

Ne manquer aucune publication de Félix BOUTET en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires