Association des Maires Ruraux de France

Politizr, en partenariat avec l'AMRF, vous donne la parole!

Ces articles de Vanik Berberian, président de l'Association des Maires Ruraux de France, vous font réagir? Exprimez-vous pour nous faire connaître votre point de vue!

Je m'exprime!
Vanik Berberian
Profil certifié

Maire de Gargilesse-Dampierre et président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF)

 — Gargilesse-Dampierre (Indre)
Sujet publié le 29 octobre 2018 à 10h12
2 minutes
88 vues
Aucun commentaire
Un dialogue entamé en attente d'engagements concrets à travers la mise en place d'un agenda rural
 

Mercredi 24 octobre, une délégation du Bureau des Maires ruraux de France rencontrait le Premier ministre M. Edouard Philippe, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et M. Sébastien Lecornu, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé des Collectivités territoriales.

 

Près de trois heures d’échanges directs dans un climat franc et cordial ont permis d’évoquer plusieurs dossiers essentiels qui mobilisent les maires ruraux. Toutefois, très peu de réponses concrètes et positives aux propositions qui ont été faites pour l’exercice du mandat de maire et la vie de nos concitoyens. À titre d’exemple, l’impact important des conséquences de l’augmentation des taxes sur les carburants. En effet, si les efforts relatifs au climat sont compris par tous, les maires ruraux regrettent la faiblesse ou l’inadéquation des mesures de remplacement envisagées qui sont éloignées des réalités économiques et territoriales, auxquelles sont confrontés les habitants des territoires ruraux.

 

Nous saluons par ailleurs le fait que le Premier ministre ait réaffirmé la place et le rôle de la commune et« qu'en aucun cas le niveau communal ne sera remis en question ». Il convient donc de le concrétiser en renonçant à toutes les obligations de transferts de compétences aux intercommunalités. Les Maires ruraux seront d'inaltérables observateurs et lanceurs d'alerte sur l'application de ce principe de libre choix, dans un contexte de remise en cause trop fréquent ces dernières années des capacités à agir des communes, comme cela l’a été avec le transfert obligatoire de la compétence Eau et Assainissement à l’intercommunalité.

 

Les Maires ruraux soulignent l'engagement du Premier ministre de ne pas fermer la porte d'accès des communes rurales aux futurs services de l'Agence nationale de cohésion territoriale. Cette nouvelle entité, composée de services d’ingénierie de l'État, était calibrée pour ne servir que les EPCI. Mais l'enjeu suppose qu’une fois votée au Parlement, l'agence se traduise de manière opérationnelle comme un guichet ouvert aux communes. L'expérience douloureuse de préfets zélés qui s'affranchissent de la loi nous inspire une très grande vigilance.

 

La demande de l'AMRF de soutenir l'Agenda rural européen par le Gouvernement français sera un indicateur particulier de la sincérité à s'appuyer sur la ruralité de notre pays dans son développement. Il doit être décliné en France. Saluons l'engagement pris hier par le Premier ministre pour "travailler sur un agenda rural français", mission confiée à Mme Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires. C'est un point fort du combat de l'AMRF, incarné par un appel en faveur d'une loi sur la ruralité, tout comme le souhait partagé d'aboutir à une réforme de la fiscalité locale promise pour juillet 2019 par le Premier ministre.

 

Les nombreuses propositions et l'état d'esprit de colère et d'impatience des maires ruraux partout en France guide l'action de notre association pour que l'État change de regard sur la ruralité et s'appuie davantage sur des communes renforcées et des élus respectés.

Ne manquer aucune publication de Vanik Berberian en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires