Mohamed Mekari

Membre actif à la MJC Croix Daurade et ambassadeur à Toulouse de l'association Jardins familiaux et collectifs

 — Toulouse (Haute-Garonne)
Sujet publié le 9 mars 2017 à 11h30
5 minutes
521 vues
Aucun commentaire
Un aménagement public qui incarne le développement durable

Nature urbaine à la MJC Croix Daurade

Un aménagement public qui incarne le développement durable
 

Les jardins Partagés participent au développement durable en préservant des espaces qui, par leur fonction, ne mettent pas en péril les écosystèmes dont dépendent, pour survivre, nos générations et celles qui nous succèderont. Les jardins Partagés constituent une rencontre entre l’économique, le social et l’environnemental.

 

Autant le caractère économique et le caractère social des jardins familiaux sont évidents, autant le respect de la nature et la protection de l’environnement par les jardiniers doivent rester une préoccupation constante : le message doit être diffusé en permanence.

 

La mise en place d’une définition thématique du développement durable et du rôle des jardins familiaux montre que ces deux concepts peuvent être mis en adéquation.

 

… ménager les ressources non renouvelables, être économe des territoires et des espaces, être respectueux de l’environnement …

 

Sur une parcelle de jardins la production en légumes frais contribue à nourrir pendant toute l’année une famille ; si le jardinier est informé et formé, cette production peut également ne générer aucun déchet grâce au compost. Le maintien des jardins familiaux dans les interstices des quartiers constitue une alternative aux politiques d’acquisition foncière aux seules fins de la construction. Les plantations, souvent d’essences locales, permettent de conserver ou de créer des écosystèmes.

 

La récupération des eaux de pluie fait partie des pratiques courantes dans les jardins. Elle se perfectionne et s'optimise grâce à de nouvelles techniques dont des systèmes intégrés à l'abri. Une descente prise sur la gouttière achemine l'eau directement dans une cuve qui se trouve dissimulée derrière l’abri.

 

… réduire la pauvreté, l’exclusion et la dégradation du cadre de vie … 

 

Havre de paix, lieux de loisirs et de détente, lien social pour les habitants des cités, bouée d’oxygène au sein des agglomérations denses et polluées, les jardins familiaux offrent aux familles, souvent d’origine modeste, la possibilité de consommer des légumes frais et de parvenir à une certaine forme d’autosuffisance alimentaire. Parallèlement à cet apport économique non négligeable, la gestion associative des jardins partagés développe et favorise la convivialité, la solidarité, l’esprit d’équipe, le respect des autres ; ce qui n’est pas souvent le cas dans les grands ensembles d’habitat collectif.

 

encourager l’écocitoyenneté … 

 

Par l’intermédiaire des associations, les jardiniers sont sensibilisés d’une part à l’utilisation de produits non toxiques et d’autre part à celle des bacs à compost de plus en plus fréquents dans les anciens sites, toujours prévus dans les nouveaux sites de jardins partagés. Différentes publications et autres plaquettes propres au mouvement des jardins partages incitent à la pratique d’un jardinage biologique respectueux des écosystèmes.

 

Par ailleurs, la FNJFC (Fédération Nationale des Jardins Familiaux et Collectifs) a mis en place depuis 2007 une Charte « Jardinage et environnement », destinée à être incorporée au règlement intérieur de ses associations membres. Aujourd'hui, plus de 90 % des jardiniers adhérents de la FNJFC déclarent suivre ses préconisations.

 

 favoriser les solidarités inter générations … 

 

Les jardins partagés sont un outil de solidarité inter générations dans le temps, facilitée dans les nouveaux groupes par la mise en place de parcelles pédagogiques. Ils sont également un outil de solidarité tout court lorsqu’ils sont implantés dans des quartiers en difficulté et dans des régions en crise économique.

 

ménager des possibilités de réversibilité … 

 

Par définition, les jardins partagés offrent des possibilités quasi illimitées de réaffectation des sols. Reconvertir un site de jardins familiaux, c’est bénéficier d’un sol enrichi et non pollué.

 

favoriser la biodiversité en ville

 

Développer la biodiversité dans le jardin permet de retrouver la richesse naturelle à la base de milieux équilibrés, dans lesquels il existe une réelle stabilité dans la présence de ravageurs ou parasites et de leurs prédateurs. La lutte contre les ravageurs avec des produits chimiques éradique également leurs prédateurs, laissant le champ libre pour des ravageurs survivants et devenus résistants aux produits chimiques ou nouveaux venus. La gestion proche de l'environnement a pour but la maîtrise du développement des ravageurs tout en conservant et en utilisant les moyens existants dans la nature. Il ne s'agit pas seulement de cultiver de nombreuses espèces différentes de légumes, de fruits et de plantes aromatiques mais aussi de tendre vers la réinstallation de milieux riches et divers. Les interactions entre les différentes espèces sont complexes, et les choix faits au niveau de l'aménagement et de la gestion, aussi anodins soient-ils, ont un impact direct sur la vie du jardin.

 

Quelques principes sont à considérer :

 

⁃ préserver des corridors naturels et des échanges avec les différents espaces naturels environnants, en limitant la création de clôtures étanches. En effet, la richesse et la vitalité d'un lieu sont souvent liées à sa situation dans un réseau d'espaces naturels.

 

⁃ Préserver des espaces libres où l'intervention du jardinier est parcimonieuse. Cela permet aux plantes utiles de se développer et limite la multiplication des envahissantes. Ces espaces peuvent être définitivement attribués à la vie sauvage ou être constitués des espaces délaissés lors des rotations des cultures.

 

Aménager des haies bocagères composées d'essences locales créant un habitat naturel pour les animaux tels que les oiseaux, les insectes auxiliaires du jardin, les hérissons etc. Ces haies contribuent à la création d'un microclimat dans le jardin, et lui donnent un aspect plus agréable.

 

Choisir des matériaux et des essences adaptées aux différents aménagements : des cheminements en prairies rustiques nécessitent peu d'entretien et aucun désherbage tout en contribuant à générer une ambiance agréable.

 

La pratique de techniques respectueuses de l'environnement permet de produire des légumes sains, tout en préservant les espèces utiles. On retiendra les principes suivants :

 

- la couverture par mulch et paillage du sol limite l'évaporation de l'eau et les déplacements de certains ravageurs ;

 

⁃ L'utilisation d'engrais verts et de compost. 

Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires