Sujet publié le 10 janvier 2019 à 17h58
4 minutes
Aucun commentaire
Revoir le fonctionnement de notre société
 

L'univers et ses ressources ont préexisté à l'humanité. L'Amour, l'intelligence et toutes les facultés individuelles ont préexisté à l'individu. Tout cela est don et chaque être humain en bénéficie . Tout est au service de chacun et de l'humanité aussi bien les ressources que les dons, la santé etc.

 

Personne ne peut s'autoriser à accaparer les richesses ou de centrer sa vie uniquement sur soi-même; chacun doit s'inquiéter de son bonheur et du bonheur de l'autre.

 

Le postulat ci-dessus doit nourrir la réflexion et les décisions de toutes les communautés humaines à commencer par la famille en passant par la nation et jusqu'à l'ensemble des institutions internationales.

 

C'est pourquoi il est nécessaire de chercher la justice pour tous dans les droits et les devoirs. Gouverner un pays c'est s'inquiéter de chacun, de la communauté nationale et de toutes les générations présentes. En temps normal l'État doit s'interdire de présenter un budget de fonctionnement déficitaire afin de préserver sa souveraineté et son indépendance vis à vis des financiers quels qu'ils soient.

 

Aujourd'hui, plus que jamais, nous pouvons faire en sorte que chaque individu vive bien là où il se trouve grâce aux ressources financières disponibles. Pour cela chaque entité doit participer selon ses possibilités aux besoins de fonctionnement de la société. Les dirigeants doivent dépenser les ressources financières avec mesure et efficacité pour créer un espace de liberté, de solidarité et de développement.

 

Chaque individu-citoyen doit pouvoir s'épanouir dans un métier soit en créant son entreprise soit en participant à la vie de l'entreprise dont il est le salarié. Tout travail honnête mérite salaire satisfaisant en fonction des résultats de l'entreprise et de ses projets de développement.                             Il est indigne de verser des rémunérations et de posséder des patrimoines exorbitants qui ne servent qu'à s'enrichir inutilement encore ou à influencer les gens de pouvoir au détriment des peuples-citoyens. Adoptons un plafond  de rémunérations maximum à déterminer afin de mieux répartir  les richesses avec les pays pauvres et pour faire baisser les prix des produits transformés.   

 

Les dirigeants-élus-citoyens ont mission de représenter et de servir le peuple-citoyen. Ils ont le devoir d'exercer leur pouvoir en toute transparence afin que le peuple-citoyen comprenne les raisons de ce qu'ils décident. L'éducation joue un rôle essentiel et les enseignants ont un devoir de neutralité et d'efficacité.

 

Les dirigeants-élus ont le devoir et le souci de limiter les impôts et les taxes grâce à la justesse et à l'efficacité des dépenses. Toute nouvelle taxe et toute hausse de taxes, d'impôts doit être justifiées et expliquées. Supprimons les millefeuilles administratifs et le cumul des mandats locaux encore possibles.

 

Les dirigeants-élus doivent s'interdire de décider seuls des montants des indemnités perçues et de leurs avantages. Une commission composés d'experts et de représentants de la société civile doivent mesurer et approuver le montant des indemnités et des avantages souhaités. Cette même commission doit pouvoir aussi donner son avis et son accord aux rémunérations et avantages donnés au personnel attaché à la Présidence, aux élus et aux différents ministères. Cela concerne aussi le personnel officiants dans les ministères, à l'Assemblée Nationale et au Sénat ou dans les commissions. Supprimons les avantages données aux élus suite à la fin de leurs mandats.

 

Toute personne physique ou morale doit apporter sa contribution au bon fonctionnement de la société civile et de la solidarité nationale. Tout revenu tiré d'une quelconque activité sur le sol national doit participer au bon fonctionnement de l'État et de la société. Si le revenu ne peut être mesuré avec précision ce sera le chiffre d'affaire qui pourra servir d'assiette à l'impôt. Cela concerne particulièrement les grandes sociétés internationales et le monde de la finance qui spécule sur les denrées de premières nécessités. Taxons les mouvements financiers au profits des pays émergents et de la santé.

 

Les successions en ligne directe (parents-enfants) devraient être totalement exonérées de droits jusqu'à un plafond de 250 000€ par enfant.

 

Toute nation a le devoir de favoriser le développement paisible de son peuple-citoyen mais aussi celui des nations à travers le monde. Toute nation doit contribuer à la paix et au développement de chaque nation afin que les habitants de chacune des nations puissent trouver son épanouissement dans son pays de naissance. Ce qui n'exclut pas d'accueillir dignement tous ceux qui souhaitent s'expatrier pour trouver un développement personnel plus élaboré afin de mieux servir le pays d'accueil ou son pays d'origine lors du retour.

 

Le RIC encourage le peuple-citoyen à s'impliquer dans la vie de la nation et le rend responsable. Il favorise un débat plus proche des citoyens et oblige les élus à l'écoute, à la vérité et à la responsabilité.

 

Le vote blanc manifeste la défiance envers les partis politiques. Il doit être pris en compte afin d'obliger les partis politiques à l'écoute, à la vérité, à la responsabilité et à l'efficacité. À déterminer le seuil au-delà duquel l'élection est invalidée.

 

Il serait utile de supprimer le Sénat tel qu'il fonctionne aujourd'hui pour le remplacer par des commissions d'experts et de citoyens selon les sujets des lois débattus à l'Assemblée.Ces commissions examinent les projets de lois, imposent des modifications si nécessaires avant qu'elles ne soient votées. Pas de lois nouvelles si elles peuvent compléter ou modifier une loi existante.

 

Rien ne peut modifier le code du travail si la modification exige une subvention d'État pour la rendre possible: ex: les 35h par une baisse subventionnée des charges  pour les employeurs – baisse de l'âge de la retraite financée par le déficit etc.

 

L'Amour de son pays et de ses concitoyens les plus fragiles en particulier, le bon sens et la modération en toutes choses participent au vivre ensemble...

Ne manquer aucune publication de Rocco LO PRETI en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires