Pierre Reynaud
Ancien chef d'entreprise dans le secteur juridique. Aujourd'hui, éditeur, journaliste et historien. Créateur du Mouvement Réveil Républicain. Fondateur du site La France Libérée (journal à vocation citoyenne)  — Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
Sujet publié le 22 mars 2020 à 18h48
1 minute
Aucun commentaire
Paris, capitale de la décadence
 

Après avoir été le soleil de la France et de l’Europe, Paris est devenue Sodome et Gomorrhe. Elle est à l’image des boborats qui quittent le navire amiral infecté par le coronavirus qu’ils ont propagé par leur utopie d’un monde sans frontière.

 

Un rappel de la grandeur passée de Paris

 

Sainte Geneviève naquît à Nanterre en l’an 420. Issue d’une riche famille de l’aristocratie gallo-romaine, elle se voua à Dieu. Elle fut remarquée pour sa piété par Saint Germain d’Auxerre lors de son passage à Nanterre en 430 alors qu’elle n’avait que dix ans. A la mort de ses parents en 440, elle vint s’installer dans l’Île de la Cité chez sa marraine Procula.

 

Lors du siège des Huns en 451, la panique gagna les Parisiens qui voulaient abandonner le navire en perdition comme le font toujours les rats. Il est vrai que la réputation des Huns n’incitait guère à la résistance. Toute ville qui n’ouvrait pas ses portes à Attila était passée au fil de l’épée.

 

Mais Geneviève encouragea les Parisiens à résister à l’invasion par cette parole historique : «Que les hommes fuient, s’ils veulent, s’ils ne sont plus capables de se battre. Nous, les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu’il entendra nos paroles.» Lire la suite

 

Ne manquer aucune publication de Pierre Reynaud en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires