Gouvernement Le Grand Débat National Démocratie MOINS DE VERTICALITÉ ET PLUS DE SOUPLESSE
Sujet publié le 11 février 2019 à 14h43
2 minutes
Aucun commentaire
MOINS DE VERTICALITÉ ET PLUS DE SOUPLESSE
 

Des réformes sont nécessaires car la Vème république, avec la réforme du quinquennat, conduit à une trop grande verticalité du pouvoir qui n’a pas d’équivalent dans les grandes démocraties, y compris celles qui ont un régime présidentiel. Il faut en revenir à une lecture plus douce de la constitution avec un gouvernement qui gouverne et un président qui garde plus de hauteur.

 

Plus de démocratie participative, mais, compte tenu de notre histoire, de notre tradition plus contestataire que constructive, il convient d’agir avec pragmatisme si on veut éviter la cacophonie.

 

- Oui au vote obligatoire et à la reconnaissance du vote blanc.

 

- Oui à une dose de proportionnelle pour aboutir à une meilleure représentation des courants de pensée tout en évitant une trop grande dilution si on ne veut pas revenir à la IV ème république et à la conjonction des non.

 

- Limiter le nombre de parlementaires ? Pourquoi pas, mais est-ce bien fondamental et en quoi ça améliorera l’efficacité de nos institutions. ? Regardons ce qui se passe ailleurs….il n’est pas certain que nos parlementaires soient en surnombre. En revanche, il est nécessaire de donner plus de pouvoirs au parlement pour un meilleur équilibre de nos institutions, face à un exécutif renforcé par le quinquennat.

 

- Sénat et conseil économique et social. Pourquoi pas un regroupement en une chambre sociale et des territoires ? L’existence de deux chambres ne doit pas être remis en cause.

 

- Oui à une participation plus active des citoyens au niveau local par un recours plus fréquent aux référendums locaux sur les problèmes de proximité, à l’initiative des élus ou des citoyens, mais avec un seuil significatif de déclenchement.

 

- Oui à un référendum d’initiative citoyenne bien encadré au niveau national, mais avec un champ d’application défini, un seuil de déclenchement significatif associant un nombre de citoyens et de parlementaires et/ou contrôle de la constitutionnalité de l’initiative. Il faut éviter absolument les initiatives tous azimuts, opportunistes suivies de contre-initiatives qui aboutiraient à une paralysie de nos institutions et du travail législatif. Le RIC ne peut se substituer aux échéances électorales et à notre démocratie représentative.

 

- Favoriser une culture de la concertation en faisant toute leur place aux corps intermédiaires même s’ils sont souvent (mais pas uniquement) le siège de corporatismes. La concertation, même si elle émousse certaines réformes indispensables, a le mérite de maintenir du lien social et peut éviter les ornières des réformes technocratiques.

Ne manquer aucune publication de louis samoth en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires