Pierre Reynaud
Ancien chef d'entreprise dans le secteur juridique. Aujourd'hui, éditeur, journaliste et historien. Créateur du Mouvement Réveil Républicain. Fondateur du site La France Libérée (journal à vocation citoyenne)  — Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
Sujet publié le 24 avril 2020 à 19h35
1 minute
Aucun commentaire
Malgré le chômage partiel, la France va augmenter son chômage de masse.
 

Depuis plusieurs décennies, le chômage fait partie du paysage social français, et tous les gouvernements ne sont jamais parvenus à l’éradiquer. Seules, quelques faibles baisses du nombre des chômeurs ont été parfois au rendez-vous, mais sans grand succès, et faut-il le dire, personne ne peut pavoiser depuis longtemps, les politiques ayant abandonné une grande partie de l’économie de la Nation à d’autres pays du monde, tels que le Japon ou la Chine par exemples.

 

Avec la crise sanitaire du Covid-19, le faible recul du chômage que nous avions connu ces derniers mois, sera vite effacé, faisant place alors à un chômage de masse dont les conséquences seront inévitablement désastreuses.

 

La politique de Macron et de ses prédécesseurs aura conduit la France dans le mur. C’était prévu, mais on n’y croyait pas. Pourtant, les faits sont là et il est sans doute trop tard aujourd’hui pour espérer un redressement rapide de la situation. Le seul espoir qui existe, c’est le redressement du pays possible d’ici 10 à 15 ans. Mais pour des années encore, rien ne pointera à l’horizon.

 

Vous pourrez lire ci-après, l’intéressante analyse que fait Sébastien Laye sur le chômage présent et futur.

 

Pierre Reynaud

 

Le chômage partiel n’empêchera pas… le chômage !

 

Sébastien Laye, chercheur associé à l’Institut Thomas More

 

L’esprit humain est ainsi fait que pris dans la tourmente, dans l’inconnu, il se raccroche à quelques idées simples souvent fallacieuses : les économistes connaissent bien ce biais cognitif. Lire l'article complet

 

Ne manquer aucune publication de Pierre Reynaud en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires