Claude CAMBUS
Profil certifié
Adjoint au maire de Manses, Pays de Mirepoix Pyrénées Cathares  — Manses (Ariège)
Sujet publié le 9 février 2018 à 22h56
2 minutes
191 vues
Aucun commentaire
LINKY toujours !
LINKY toujours !
 

Les anti Linky sautent sur le titre racoleur des médias à l'occasion de la sortie du rapport de la Cour des comptes (CDC).

 

Mais le rapport qui est accessible n’est pas anti Linky. La CDC explique pourquoi le compteur communicant est nécessaire (meilleure gestion de l'ensemble du système dans une perspective de concurrence des offres de vente à des plages horaires beaucoup plus nombreuses que ne le permettent les compteurs actuels). Intégration des énergies renouvelables intermittentes. Là dessus rien à redire.

 

Par ailleurs la CDC analyse la répartition des gains escomptés et montre que ENEDIS pourrait gagner davantage que le client si le déploiement est économiquement conforme -voire meilleur- que les prévisions. La CDC donne le prix total du compteur posé soit 130 € et explique, comme si elle soulevait un lièvre, que c'est le client qui le paiera dans le tarif... N'est-ce pas la base de toute activité que ce soit le client final qui paie l'intégralité du produit ou du service ? Personne n'a jamais dit que le compteur ne serait pas pris en charge dans le tarif final de l'électricité livrée. Il a simplement été précisé que le client ne paierait pas une facture présentée au moment de la pose du compteur.

 

Un magnifique graphique montre que le différé d'augmentation de tarif TURPE a retardé la hausse qui aurait du déjà intervenir depuis quelques années et que maintenant elle sera donc un peu plus forte pour compenser, mais qu'à terme on retrouvera le niveau prévisionnel qui sera moins élevé que celui qui aurait résulté d'une évolution à technologie constante si Linky n'était pas déployé...

 

Je m’étonne que la CDC puisse ignorer qu'avant la destruction d'EDF par l'UE (raccourci mais vous me comprenez, ou demandez moi une autre publication pour expliquer), le client payait tout, ce qui n’empêchait pas les tarifs d’être les plus bas d'Europe exceptés ceux des pays du Nord à fort hydraulique. Et quand il y avait un peu de bénéfice, l'Etat venait comme actionnaire unique "se servir dans la caisse" pour équilibrer son budget.

 

Ma conclusion c'est que tant que des organismes comme la CDC seront peuplées uniquement de hauts fonctionnaires qui n'ont jamais travaillé en entreprise leurs rapports seront approximatifs (ils sont tous énarques et il y en a un seul qui en plus de l'ENA a fait l'X c'est à dire qui comprend quelque chose à la technique...).

 

J'ajoute que quand j’étais administrateur d'EDF (84-94) il y eu plusieurs rapports de la Cour des comptes sur l'entreprise, à chaque fois le Conseil d’administration votait les remarques formulées au rapport et les modifications demandées par l'entreprise à la Cour parce qu'elle se plantait sur l'interprétation économique et industrielle des chiffres des finances... Le rapport final était généralement inchangé mais il intégrait simplement l'avis du CA d'EDF en annexe.

Ne manquer aucune publication de Claude CAMBUS en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires