Pierre Reynaud
Ancien chef d'entreprise dans le secteur juridique. Aujourd'hui, éditeur, journaliste et historien. Créateur du Mouvement Réveil Républicain Fondateur du site La France Libérée (journal à vocation citoyenne)  — Pertuis (Vaucluse)
Sujet publié le 2 octobre 2019 à 10h29
1 minute
Aucun commentaire
LA CENSURE ET LE POUVOIR
 

TWITTER : le réseau social est-il au service du pouvoir ?

 

Nous connaissons tous Twitter et nous sommes très nombreux dans le monde entier à l’avoir utilisé ou à l’utiliser encore depuis 2066, date de sa création.

 

L’intérêt initial de ce réseau social est de pouvoir adresser gratuitement sur internet de brefs messages (tweets) par messagerie instantanée ou par SMS.

 

Au début et, voici encore peu de temps, les messages étaient libres, à condition toutefois de respecter évidemment les règles relatives au racisme, à l’antisémitisme et à toutes formes de discrimination. Sans oublier non plus, les propos outranciers et injurieux qui ne peuvent être tolérés dans une société civilisée.

 

Aujourd’hui, les choses ont bien changé. Comme l’impose l’État Macron, les réseaux sociaux sont de plus en plus contrôlés et surtout particulièrement censurés. Ainsi, Facebook prend de multiples sanctions contre ceux et celles qui osent dénoncer les abus du pouvoir en place. À titre d’exemple, on peut citer la censure des pages d’une grande partie de l’extrême gauche. Après avoir couvert le G7 et son contre sommet, de très nombreuses pages Facebook de groupes extrémistes à gauche, telle que celles du Collectif Auto Média énervé ou Lille insurgée, ont vu la portée de leur publication réduite au quasi néant. Certains médias sont aussi touchés par la censure : C’est le cas de Valeurs Actuelles qui a vu la suppression de son article consacré la série « Alex Hugo » de France 2 traitant du combat de militants identitaires contre les migrants. L’article a été effacé sans aucun avertissement par le réseau social. Lire la suite 

 

Ne manquer aucune publication de Pierre Reynaud en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires