Joseph Camilleri
retraité, résident à Marseille.  — Marseille (Bouches-du-Rhône)
Sujet publié le 25 août 2019 à 08h06
L'Europe devrait payer ses importations de pétrole et de gaz en euros.
 

La commission européenne tente d'infléchir la préférence du dollar sur l'euro dans le paiement des importations énergétiques européennes. Les pays ont des charges ancrées en dollar. Cela fait partie des questions que nous pourrions nous poser. Les cours et les contrats de référence du pétrole et du gaz étant libellés en $, c'est dans cette monnaie que s'effectue la grande majorité des échanges. Ces importations énergétiques proviennent pour la plus grande partie de Russie (environ 34 %) du moyen Orient et d'Afrique (environ 33 %), Norvège (environ 20 %). Même si le billet Vert reste historique ;  il est absurde que l'Europe paie plus de 80 % de sa facture énergétique en dollars américains alors que 2 %  seulement de nos importations d'énergie viennent des Etats-Unis, ainsi qu'il est aberrant que les compagnie aériennes européennes achètent des avions européens en dollars, et d'autres exemples fusent. La Banque centrale européenne serait bien inspirée de partager ce point de vue pour soutenir l'euro dans les futurs échanges internationaux. Un manque à gagner tant financier que de souveraineté qui s'étend à d'autres secteurs. Le dollar ne conservera pas son rôle de monnaie dominante éternellement. L'euro même si elle paraît assez récente (01/01/2002), est une monnaie avec le Yen concurrente.

Ne manquer aucune publication de Joseph Camilleri en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires