Pierre Reynaud
Ancien chef d'entreprise dans le secteur juridique. Aujourd'hui, éditeur, journaliste et historien. Créateur du Mouvement Réveil Républicain. Fondateur du site La France Libérée (journal à vocation citoyenne)  — Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
Sujet publié le 25 janvier 2020 à 17h27
1 minute
Aucun commentaire
J'accuse ! (ou les dérives du président Macron)
 

Que Monsieur Zola me pardonne d’utiliser le titre de sa célèbre lettre liée directement à l’affaire Dreyfus. Le long texte qui la compose est extrêmement passionnant, aussi bien dans le style que dans l’intérêt historique du sujet abordé. En effet, l’affaire Dreyfus est un conflit social et politique de la fin du XIXème siècle ayant pour toile de fond la Troisième République. Ce dossier brûlant de l’époque tourne autour de l’accusation de trahison faite au capitaine Alfred Dreyfus, officier français d’origine alsacienne et de confession juive. Au final, le militaire fut innocenté, mais pendant douze ans, entre 1894 et 1906, cette affaire a bouleversé la société française, la divisant profondément en deux camps opposés, les « dreyfusards » partisans de l’innocence du capitaine Dreyfus et les « antidreyfusards », partisans de sa culpabilité.

 

La lettre écrite sous forme de pamphlet dreyfusard est envoyée le 13 janvier 1898 par Émile Zola à Félix Faure, alors président de la République de l’époque.

 

Sa version originale contient 39 pages. Elle s’inscrit comme un article cinglant et diffamatoire, mais plutôt innovant sur le fond et sur la forme.

 

Mais revenons en 2020 et aux nombreuses affaires qui préoccupent les Français à l’heure d’aujourd’hui. Les sujets d’inquiétudes sont multiples et si l’on en croit les échos de la rue, l’angoisse s’installe peu à peu dans les populations de la plupart des classes sociales. Lire la suite

 

Ne manquer aucune publication de Pierre Reynaud en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires