Didier Haddad
Spécialiste de la démocratie participative.  — Toulouse (Haute-Garonne)
Sujet publié le 21 juin 2020 à 17h57
INSTANCE CITOYENNE : composition et choix des thèmes
 

La convention citoyenne pour le climat est un très bon début en matière de démocratie participative, mais le choix du thème a été imposé.

 

Par souci de pragmatisme, il faut bien commencer par un acte de référence, sur un processus inédit.

 

Dans le cas de l’éventuelle transformation de la troisième Chambre de la République (actuelle C.E.S.E) en Conseil citoyen, ce dernier devrait s’auto saisir des sujets de débats.

 

Su le même registre, au niveau local, ce n’est pas seulement à l’élu de définir l’ordre du jour pour la ville ou un quartier, mais aussi aux citoyens.

 

L’objectif est d’éviter de débattre d’un sujet qui ne correspond pas aux attentes des personnes concernées.

 

Enfin, s’il on considère, que la convention citoyenne, est un échantillon représentatif objectif de la France, doit on appliquer la même règle au niveau local ( principe du panel) ?

 

Au niveau local, les associations de quartiers ne sont pas toujours légitimes en matière de représentativité, car leurs constitutions ne reposent sur aucune règle démocratique.

 

Il faut envisager une réflexion, sur ce qui représente objectivement la véritable parole citoyenne , qui elle, par son indépendance, est moins propice à la dualité, et plus ouverte aux débats .

Ne manquer aucune publication de Didier Haddad en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires