Les contributions pour ce groupe sont désormais closes: merci pour votre participation!
Politizr Le Grand Débat National Pouvoir d'Achat Fiscalité Fiscalité et dépenses Publiques : réponses d'un retraité aux questions posées par le gouvernement.
Sujet publié le 15 mars 2019 à 12h11
12 minutes
Aucun commentaire
Fiscalité et dépenses Publiques : réponses d'un retraité aux questions posées par le gouvernement.
 
  • Quelles sont toutes les choses qui pourraient être faites pour améliorer l'information des citoyens sur l'utilisation des impôts ?
 

Créer un organisme d'information, de gestion et d'études indépendant destiné à rétablir une plus grande justice fiscale et une meilleure répartition des richesses, des avantages fiscaux et des privilèges accordés aux élites et aux élus avec le reste de la population et en particulier tous les petits retraités et tous les travailleurs précaires qui n'arrivent plus à boucler leurs fins de mois.

 
  • Que faudrait-il faire pour rendre la fiscalité plus juste et plus efficace ?
 

voir ci-dessus.

 
  • Quels sont selon vous les impôts qu'il faut baisser en priorité ?
 

Les impôts qui continuent à être prélevés sur les petites retraites, les pensions d'invalidité, les personnes handicapées, qui disposent de revenus déjà très modestes et très insuffisants pour assurer le quotidien.

 
  • Afin de financer les dépenses sociales, faut-il selon vous...
 

il faut créer de nouveaux impôts et taxer encore plus les plus riches, en créant un Nouvel impôt de solidarité pour les travailleurs précaires, les personnes invalides et handicapées, et les petites retraites insuffisantes pour vivre dignement.

 
  • S'il faut selon vous revoir les conditions d'attribution de certaines aides sociales, lesquelles doivent être concernées ?
 

Il faut renforcer les aides sociales des plus précaires et donner moins d'avantages fiscaux aux grandes fortunes, en évitant autant que faire se peut l'évasion fiscale, et créer de nouvelles lois si nécessaire pour lutter contre les Paradis Fiscaux.

 
  • Quels sont les domaines prioritaires où notre protection sociale doit être renforcée ?
 

Il faut renforcer la protection sociale des personnes âgées, retraitées, malades, handicapées, et mettre en place des aides pour que les placements en Maison de retraite de nos ainés les plus modestes soient pris en charge. Il faut également que l'aide sociale attribuée aux logements sociaux soit revue à la hausse afin que personne ne se retrouve en situation de précarité et de détresse au regard du logement (mal logés, logements insalubres, non prise en compte des demandes de logements sociaux, attentes interminables pour l'attribution des logements sociaux, demandes non satisfaites mêmes pour des familles nombreuses en état de précarité et d'urgence absolue, sinistrés, etc)...

 
  • Pour quelle(s) politique(s) publique(s) ou pour quels domaines d'action publique, seriez-vous prêts à payer plus d'impôts ?
 

Il faut  mettre en place un organisme indépendant destiné à réguler et à contrôler les Dépenses de l'État et mettre un terme aux rémunérations « choquantes » de certains Ministères : ceux qui sont déjà très favorisés par une politique dont la balance penche nettement en faveur de ceux qui sont déjà très privilégiés et se sont octroyés eux-mêmes des avantages et des privilèges au fil des différents gouvernements successifs depuis plus de 40 ans,  participent  eux-mêmes au redressement économique du pays, par le paiement d'un impôt supplémentaire de solidarité en faveur des personnes âgées qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, des petits retraités, et de tous les précaires ou personnes en situation de fragilité, d'invalidité ou de handicap et en aucun cas s'en prendre aux plus fragiles et aux plus démunis pour rétablir le déficit public.

 
  • Y a-t-il d'autres points sur les impôts et les dépenses sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Rappel de mes propositions et doléances notamment en faveur d'une augmentation du Minimum vieillesse (ASPA) et du Minimum contributif  avec  une revalorisation de toutes les pensions d'invalidité et adulte handicapé, etc... 

Je demande le rétablissement d'une politique fiscale et sociale plus équilibrée, prenant en compte les populations les plus fragiles, conformément aux promesses de Mr Macron pendant sa campagne électorale, promesses qui n'ont toujours pas été tenues puisque nous avons eu jusqu'ici une politique fiscale en faveur des plus grandes fortunes et des catégories de population les plus aisées,  et dans le même temps un effort supplémentaire a  été demandé aux plus modestes, en particulier aux petits retraités.

Je demande une augmentation du Minimum vieillesse (ASPA) et des pensions de retraite afin que les retraités et les personnes âgées puissent vivre correctement et décemment et ne se retrouvent plus en dessous du seuil de pauvreté, autrement dit et pour appeler un chat un chat dans la misère après avoir travaillé toute leur vie ou pire, après une période de maladie.

Je demande une augmentation du Minimum contributif afin que tous les retraités correspondant à une population déjà fragilisée et frappée par la maladie puisse vivre dignement.

Je demande que toute personne puisse vivre décemment avec un revenu de base sans condition et qu'aucune population ne soit laissée pour compte (personnes âgées, invalides, handicapées, retraitées, etc).

Les étudiants qui ne sont plus à la charge de leurs parents ou dont les parents disposent de revenus modestes et insuffisants pour que leurs enfants puissent suivre longues études, doivent également pouvoir bénéficier de ce revenu de base de manière automatique ou d'une bourse équivalente.

La baisse des APL qui a été récemment appliquée pour les étudiants ou les personnes éligibles à ces aides, doit être annulée définitivement.

Je demande que chacun puisse être logé décemment et que des solutions soient trouvées durablement ou en urgence afin que plus personne ne se retrouve sans domicile fixe, quelle que soit sa condition.

A cet effet, de nouveaux systèmes de logements préfabriqués avec toutes les commodités doivent être mis en place en urgence afin de pouvoir loger immédiatement toute personne concernée (SDF, personnes en difficultés, personnes expulsées de leurs logements, sinistrés, victimes de catastrophes climatiques, réfugiés politiques, réfugiés climatiques, réfugiés de guerre...etc).

Je demande que les prélèvements sociaux (CSG et CRDS) soient définitivement annulés pour les catégories de populations les plus modestes, notamment celles qui vivent avec le minimum vieillesse (ASPA), de manière automatique et sans autre condition.

Je demande que les retraités qui bénéficient du minimum vieillesse ou du minimum contributif, les invalides, les personnes handicapées, soient définitivement exonérés de la franchise et de la participation forfaitaire de la Sécurité sociale, car il est totalement injuste que des personnes qui sont déjà en difficulté comme les retraités les plus modestes ou les personnes invalides soient encore prélevés sur des pensions déjà très modestes et insuffisantes pour vivre dignement.

Aucune pension de retraite, pension d'invalidité, d'adulte handicapé ne devrait plus être inférieure à un montant de 1000 euros, car on ne peut plus vivre dignement de nos jours en dessous de cette somme déjà plus qu'insuffisante pour vivre dignement et correctement : que ceux qui mettent une objection à cette proposition essaient de vivre pendant 3 mois avec 1000 euros en payant toutes leurs charges, nourriture, loyer, et tous leurs besoins quotidiens de la vie courante .....

Mr Le Président Macron a-t-il oublié l'une de ses promesses électorales de ne pas laisser de côté les populations les plus fragiles ?

Les retraités qui ont travaillé toute leur vie, mais aussi les personnes malades, infirmes ou invalides doivent également pouvoir vivre correctement et décemment sans condition et elles doivent être soutenues et aidées par le gouvernement en place qui devrait engager une lutte sans merci contre la précarité des plus fragiles et des exclus de la Société de consommation.

Le pouvoir en place doit s'humaniser et rétablir un projet de société plus juste qui prend en compte toutes les particularités et toutes les catégories de populations avec des motivations et des besoins extrêmement variés et non se contenter de privilégier les catégories les plus nanties et les élites.

Pour les personnes en activité, je demande également une augmentation réelle du SMIC et non une prime d'activité qui ne concerne qu'une petite partie de la population active et sous certaines conditions.

La création et l'application d'un référendum d'initiative citoyenne ou d'un système équivalent de participation active des citoyens afin qu'aucune loi ne puisse être votée et appliquée sans le consentement ou au détriment d'une majorité de citoyens concernés.

Une meilleur répartition des richesses, la création et la mise en application d'un système de contribution supplémentaire des grandes fortunes pour redresser les Finances Publiques doit également être appliqué.

Il est totalement inadmissible de taxer encore d'avantage les plus démunis et les populations les plus fragiles (y compris les personnes malades ou invalides) et continuer à enrichir un peu plus et à ménager ceux qui ont déjà un surplus de richesse et de pouvoir d'achat.

Les personnes les plus favorisées, les grandes fortunes, doivent contribuer à ce partage et participer à un système de rééquilibrage et un meilleur partage des richesses.

Les grandes compagnies pétrolières, les multinationales, et toutes les sociétés qui contribuent directement ou indirectement à une modification ou à une dégradation du système environnemental ou écologique, doivent être lourdement taxées, et payer de lourdes amendes en cas de pollution ou pire si elles sont à l'origine d'une catastrophe écologique (marées noires, etc), automatiquement et proportionnellement à leurs profits et bénéfices.

Ces sociétés qui font du profit au détriment de la faune, de la flore, et qui continuent à polluer et détériorer les océans, doivent être les premières à participer au paiement de nouvelles taxes écologiques et non les contribuables les plus modestes qui ont besoin de leur véhicule pour se rendre à leur travail et ne doivent pas être eux mêmes les victimes directes d'une nouvelle écologie punitive qui remet en question leur propre survie, puisqu'ils n'ont même plus les moyens de se déplacer et de se rendre à leur propre travail qui est leur seul moyen de subsistance.

Le pouvoir exécutif doit lutter beaucoup plus efficacement contre l'évasion fiscale et créer un nouveau système global de contrôle beaucoup plus fiable et performant des grands groupes industriels, financiers et commerciaux, les Banques, etc...afin qu'une meilleure répartition des richesses et des bénéfices soit mise en place, plus équilibrée et plus juste, de manière durable et définitive et que les plus grands groupes financiers ne passent plus au travers des mailles du filet inopérant du système de contrôle fiscal actuel qui n'arrive pas à lutter contre l'évasion fiscale de certains groupes financiers et industriels qui réussissent à contourner les lois fiscales des différents pays qui sont pour eux source d'immenses richesses et bénéfices sans contre-partie ni aucune participation au redressement économique et au remboursement des dettes des pays qui sont à l'origine de leurs profits colossaux.

Les actionnaires des grandes Sociétés bénéficiaires de largesses doivent évidemment contribuer à ce nouveau rééquilibrage grâce à une nouvelle répartition et un partage des bénéfices.

L'évasion fiscale des grandes sociétés et des grandes fortunes doit être sanctionnée et contribuer également à une meilleure justice Fiscale.

Il faut piocher au bon endroit au lieux de continuer à fabriquer une population de précaires, qui non seulement ne pourront plus participer au redressement financier de la France, mais seront en partie à l'origine d'une baisse notable de la consommation qui sera un facteur défavorable supplémentaire pour le redressement économique du pays.

Les dépenses Publiques de l'état devraient également être gérées efficacement, controlées et réajustées annuellement par un groupe de personnes indépendantes élues par référendum.

Il faut mettre en place un nouveau système plus juste et plus équilibré de répartition au niveau fiscal :

La suppression de L'ISF représente pour beaucoup de nos concitoyens un symbole d'injustice et d'inégalité à l'origine d'une colère, d'un ressentiment et d'une d'injustice fiscale "deux pois deux mesures" qui avantage inéquitablement les catégories de populations les plus favorisées alors que des efforts notables sont demandés aux populations déjà précaires et aux plus fragiles, en particulier aux retraités.

Le simple fait qu'une partie de la population et en particulier certaines "catégories" dites "privilégiées" le reconnaissent elles-mêmes, et sont prêtes à participer encore d'avantage au redressement économique de notre pays, prouve bien que le système mis en place actuellement n'est ni juste ni équilibré.

Je demande donc la mise en place d'une nouvelle fiscalité basée sur un système progressif, pour l'amélioration des Finances Publiques et avec une contribution fiscale plus importante de la part des catégories les plus aisées, qui pourront ainsi participer de manière plus efficace, plus directe et plus active au redressement économique du pays.

Ce n'est en aucun cas aux plus fragiles d'entre nos concitoyens, les malades, les petits retraités, les handicapés, les personnes âgées, les invalides et tous ceux qui sont déjà accablés et fragilisés par les aléas de la vie et sont au niveau de la survie, de participer à l'effort National de redressement économique de notre pays.

Une nouvelle justice fiscale et sociale doit être mise en place sans tarder de manière durable et efficace, mais l'effort, et la contribution sociale, financière et fiscale doivent être demandés à ceux qui ont déjà un surplus et ont déjà été très favorisés par la politique mise en place et qui a été à l'origine du Mouvement contestataire des gilets jaunes

Leurs revendications légitimes et raisonnables doivent être prises en compte dans les décisions qui seront prises à la suite du Grand Débat National, car ils font partie intégrante de la population et ne doivent en aucun cas être exclus du Grand débat et des suites qui seront données aux doléances et aux propositions de nos concitoyens si l'on veut retrouver un semblant d'unité et de paix sociale.

C'est la raison pour laquelle votre responsabilité en tant que Chef d' Etat est immense et les décisions qui seront prises lourdes de conséquences et de la plus haute importance pour le rétablissement de la paix sociale et de l'unité du pays par la prise en compte ou pas des doléances, propositions et du mécontentement d'une partie de la population.

Ce n'est pas en excluant une partie de la population et de leurs revendications légitimes que vous pourrez mettre un terme aux dissensions actuelles et que vous pourrez rétablir la cohésion et l'Unité Nationale ( à mon humble avis).

Les décisions doivent être avant tout politiques et il faut trouver des solutions.

Le Grand débat National et les propositions de nos concitoyens devraient vous conforter pour aller dans ce sens.

La tâche est ardue mais on ne peut rien construire de durable, ni rétablir le calme et la paix sociale, face à une population en détresse, si l'on ne rétablit pas un minimum de justice fiscale et sociale, une politique plus humaine et sociale plus active, plus volontaire et plus efficace en faveur des populations les plus fragiles (comme vous l'aviez d'ailleurs promis Mr le Président Macron), mais aussi pour le bénéfice de tous les travailleurs pauvres, et ils sont légion.

Une meilleure répartition des richesses est certes indispensable mais aussi une prise en compte plus importante des facteurs humains alliée à une nouvelle politique environnementale (mais l'un ne va pas sans l'autre) à la place d'une politique gestionnaire où la France est perçue comme une Société basée sur les profits ou visant prioritairement à résoudre les problèmes de déficits en ponctionnant encore plus ou en pointant du doigt les plus fragiles et les plus démunis.

Il n'y a pas de division à faire, ni de distinction à faire entre les actifs et les inactifs.

Il n'y a en réalité qu'une seule nation et plus globalement qu'une seule planète, déjà en péril, avec la disparition programmée et inévitable des espèces.

Alors à quoi sert de favoriser ceux qui ont déjà un surplus ou participer à la division des peuples en pointant du doigt de nouvelles distinctions ou catégories sociales, créant ainsi une nouvelle catégorie d'exclus, de précaires, et d'"outsiders", au lieu de contribuer à favoriser la cohésion sociale , l'entraide, et l'unité de notre pays et de toutes les nations dans leur globalité, ce qui pourrait nous permettre d'avoir encore une lueur d'espoir de paix durable et d'unité à l'échelle planétaire dans un futur proche, car le temps presse, la terre est en grand péril à cause de la pollution et du dérèglement climatique, il y a urgence, et on ne peut plus se permettre de continuer à exclure une partie de la population.

En vous remerciant de l'attention que vous porterez à mes doléances et propositions, et en espérant que certaines d'entre elles inspireront les décisions du gouvernement actuel ou des futurs gouvernements, mais aussi pour le futur de nos concitoyens et plus globalement pour le bénéfice et le progrès de tous les Peuples, sans exclusion, et réunis en une seule humanité.

Mais attention ! Nous vivons une période dangereuse et critique non seulement pour la France mais pour tous les pays, toute la planète, perçue en totalité et en globalité.

C'est la raison pour laquelle notre vision doit être consciente et globale, avec une vision à l'échelle planétaire, qui prendra en compte tous les facteurs humains indissociables d'une politique environnementale volontaire et efficace, mais sans exclure personne, et nul ne peut plus se permettre aujourd'hui d'alimenter les clivages et les divisions ou être à l'origine de nouvelles précarités et exclusions, si nous voulons encore retrouver un semblant d'unité sociale et plus globalement espérer pouvoir encore sauver une planète déjà en grand péril.

Nous n'avons pas d'autre choix que de nous diriger vers une société où la liberté, l'égalité et la fraternité  seront indissociables de l'unité, de la solidarité et de l'entraide entre tous les êtres, pour tous les Peuples de la Terre et à l'égard de tout le "vivant"....


ll n'y a pas d'autre alternative, c'est une question de survie, à l'échelle de notre pays mais aussi au niveau planétaire et global.

Nous sommes une seule "race" humaine, une seule humanité, et il n'y pour l'instant, et à ma connaissance, aucune planète de remplacement susceptible d'accueillir notre humanité en péril.

Avec mes salutations respectueuses.

Dans l'unité.

Estelaris Orionis

Ne manquer aucune publication de Estelaris Orionis en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires