Sujet publié le 10 janvier 2019 à 18h04
démocratie représentative
 

Le peuple est souverain et sa volonté s'exprime par l'intermédiaire des députés composant l'assemblée nationale; mais depuis fort longtemps, première dérive, lesdits députés, sélectionnés et promus par des partis politiques et devenus des professionnels,  se sont soumis à la discipline de ces partis et ont perdu l'habitude de rendre des comptes à leurs électeurs qui, au fil de sans, ont été de moins en moins représentés.  Deuxième dérive, le refus de la proportionnelle exclut de l'assemblée des groupes entiers de la population. Troisième dérive, et sans doute la goutte qui a fait déborder le vase,  non contents de se soumettre à la discipline d'un parti, les élus majoritaires ont fait allégeance à un homme, le Président de la République, mettant ainsi fin à la séparation des pouvoirs, condition essentielle de la démocratie et de l'état de droit. Et ce d'autant plus que l'exécutif refuse obstinément, malgré les pressions européennes, de faire des procureurs de véritables magistrats indépendants.

 

Résultat: une chambre qui compte un seul ouvrier et dans laquelle des électeurs  ayant obtenu 40 % des voix n'ont que trois représentants. Il est tout à fait compréhensible que, dans ces conditions, le peuple souverain se sente bafoué.

 

J'ai eu la curiosité de regarder la composition des états généraux de 1789; la tiers état y était majoritaire. C'est tout de même un comble que la dernière assemblée de l'ancien régime ait été plus représentative du peuple français que notre assemblée nationale républicaine!

Ne manquer aucune publication de Michel THOMAS en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires