Soie Pseudo
Infirmière-Puéricultrice. Retraitée des secteurs privé et public  — Courseulles-sur-Mer (Calvados)
Sujet publié le 15 avril 2019 à 08h11
2 minutes
Aucun commentaire
Au pied du mur ?
 

"... à la veille des annonces probables de Macron. Le ministère de l'intérieur, malgré la minoration des chiffres, annonce un progrès des participants sur le plan national. C'est dire le désarroi, le désappointement, les regrets et la déception ressentie dans les plus hautes sphères du pouvoir. Le mouvement des gilets jaunes si décrié, tant stipendié, aussi caricaturé réussit le tour de force d'exister plus fortement que ne le souhaitaient Macron, ses soutiens et le grand patronat monopolistique. Point d'essoufflement, plus de tonus, voilà ce que je retiens de cette journée qui prépare les prochaines actions qui devraient connaître des participations record en fonction des mesures annoncées par le président de la république.

 

Ce soir, les dés sont jetés. Les tenants de la politique répressive sont en difficultés. Les mesures de dissuasion de manifester sont battues en brèche. Les manifestations ne sont pas prêtes de disparaître. Ce soir, Macron doit réfléchir. Répondre positivement aux demandes exprimées ou poursuivre dans la voie libérale qui crée le chaos? A en croire les rumeurs répandues par les membres du gouvernement, on peut s'attendre à des mesures pires que celles qui ont mis le feu aux poudres (une journée de travail gratuit, allongement de l'âge de la retraite, augmentation des prix des tarifs réglementés, suppression de fonctionnaires, réduction des services publics, coupes drastiques dans le budget de la santé, démantèlement de l'éducation nationale, etc...?).

 

Si l'on s'en remet aux propositions du premier ministre, la réduction des impôts et de la dépense publique devrait être l'épine dorsale du plan Macron. Autrement dit un cadeau fiscal plus important pour les riches compensé par la suppression des services publics qui aggraveront la vie des gens. Le contraire de ce qui est demandé par la population lors du grand débat, dans les cahiers de doléances et par les manifestants.

 

Ce soir le pouvoir est interpellé. E. Philippe a menti sur la restitution du "grand débat". Moitié moins de contributions, peu de participants, élimination des questionnements. Les garants du débat démocratique ont déposé leur valise, présidente en tête. Remplacés au pied levé par des membres du gouvernement, on est en droit de s'interroger sur l'impartialité du jugement de ces gens-là. Les échos des réunions nous permettent de douter du déroulé de celles-ci. Sans parler des confidences présidentielles accordées aux enfants dans les écoles primaires. Un déluge de démagogie, de promesses, de perversité, de menaces, sans contradicteurs. C'est évidemment plus facile de discourir sur du vent durant de longues heures que de réfléchir à des solutions constructives capables de mobiliser le pays et de mettre un terme au chaos provoqué par sa politique de régression sociale.

 

Ce soir toutes les forces politiques et sociales victimes de la politique macroniste sont au pied du mur. Vont-elles se rassembler pour exiger la hausse du pouvoir d'achat, une juste répartition des impôts, les investissements massifs dans la transition écologique, les mesures démocratiques pour favoriser la participation des gens? Ou bien vont-elles faire cavalier seul, chacune dans son pré carré? Nous sommes des millions à espérer que le rassemblement prévaudra. Réponse dans quelques jours." Par Jose Espinosa (Cheminot retraité, élu du 12° arrondissement de 1995 à 2008, Conseiller de Paris et maire-adjoint du 12°de 2001 à 2008), Mediapart.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Ne manquer aucune publication de Soie Pseudo en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires